-
Annonces google
» coniques
 ahmed_20 2012-12-26, 05:38

»
 ahmad ahmadi 2012-09-14, 16:04

»
 karizma133 2012-08-31, 09:16

»
 aziza alaoui 2012-03-10, 13:38

» des expressions crits
 aziza alaoui 2012-03-10, 13:14

»
  2012-02-20, 10:25

» les etablissement avec une bacalaureat science maths
 melle nadia 2012-01-01, 05:39

»
  2011-12-27, 07:39

» ::
  2011-12-27, 07:35

» - - Lois de C.I -structures
 KARIMKHAN 2011-12-14, 06:49

»
  2011-11-19, 09:40

» les leons de maths
 mery sanida 2011-11-12, 10:22

» traduction en arabe de la plante des singes
  2011-08-07, 07:29

» Antigone - questions et reponses
  2011-08-07, 07:21

» les figures de style
  2011-08-07, 07:03

» les figures de style
  2011-08-07, 07:01

» les personnages principaux de la boite a merveilles
  2011-08-03, 16:26

» la boite a merveilles en arabe
  2011-08-03, 16:22

»
  2011-08-02, 06:52

» scma narratif de la boite a merveilles
  2011-08-02, 06:33

» names of vegetables
  2011-08-02, 06:17

»
  2011-08-02, 05:57

»
  2011-08-02, 05:41

» 1 2006
  2011-07-22, 09:38

»
  2011-06-27, 06:32

»
  2011-06-27, 06:18

»
  2011-06-27, 06:12

»
  2011-06-27, 05:32

»
 amira 2011-05-03, 04:02

»
 amira 2011-05-03, 04:00

Navigation
Lycee
Fac
Prepas
Ecole
Dcouvrire Le Maroc

commerce electronique

-  ::   ::  exposs

      

commerce electronique

   Mohamed 2007-12-06, 10:57

commerce electronique
Le commerce lectronique (e-commerce, en anglais) dsigne l'change de biens et de services entre deux entits sur les rseaux informatiques, notamment Internet. Il reprsente un march de plus de 16 milliards deuros de Chiffre d'Affaire rien qu'en France.
On peut distinguer :




  • L'change lectronique entre entreprises, souvent appel B2B (se prononce bi-tou-bi), acronyme anglais de Business to business
  • Le commerce lectronique destination des particuliers, ou B2C (se prononce bi-tou-ci), acronyme anglais de Business to consumer. Il s'agit de sites web marchands, type tl-achat.
  • Le commerce lectronique entre particuliers, ou C2C (se prononce ci-tou-ci), acronyme anglais de Consumer-to-consumer. Il s'agit de sites web permettant la vente entre particuliers.
  • L'change lectronique entre une entreprise et ses employs, souvent appel Intranet ou B2E (se prononce bi-tou-i), acronyme anglais de Business to employee
  • L'change lectronique entre les entreprises prives et le gouvernement, souvent appel B2G (se prononce bi-tou-dgi), acronyme anglais de Business to government
  • Vente distance
    Lorsqu'un bien est vendu dans le cadre du commerce lectronique, il s'agit aussi de vente distance, et les lois qui y prvalent s'appliquent.
    En France, les lois diffrent selon que ce soit des biens ou des services qui sont achets en ligne :

    • lors de l'achat d'un bien manufactur, l'acheteur dispose d'un dlai de rflexion de 7 jours (ouvrs) pour retourner sa commande,
    • lors de l'achat d'un service (un voyage ou un billet d'avion) l'acheteur ne dispose pas de ce dlai afin de se rtracter.

    Parmi les principaux biens et services vendus par internet aux particuliers (B2C), on peut citer :



    • les biens culturels : livres, CD et DVD, ...
    • les appareils technologiques : PC, lectronique, hi-fi, ...
    • le tourisme et les voyages : billets de train, d'avion, locations, ...
    • les produits de grande consommation avec les supermarchs en ligne
    • Les produits d'imprimerie : Cartes de visites, plaquettes, supports commerciaux
    • les produits d'habitats, vtements, puericulture...

    Ainsi que des systmes de vente spcialement adapts au monde internet ::



    • dveloppement de photographies numriques
    • tlchargement de musique
    • vente aux enchres entre particuliers Ebay
    • Location de DVD par Internet

    Enfin, de nombreuses entreprises proposent des services sur internet, payants ou non :



    • banque en ligne
    • assurance en ligne
    • presse en ligne
    • La VOD ou Vido la demande

    Afin de pouvoir vendre sur internet, des solutions existent sur internet :

    Ventes combines


    Dans le monde du commerce lectronique, l'expression click and mortar (ou encore bricks and clicks ) fait rfrence des entreprises qui proposent de faon complmentaire :



    • de la vente par internet (activits en ligne)
    • et de la vente en magasin ou en point de vente physique (distribution classique).

    Ces expressions anglaises sont construites par analogie avec l'expression usuelle brick and mortar (des briques et du mortier).
    On pourrait donc traduire cette expression en franais par : click et magasin ou encore internet et magasin. La FNAC en est un exemple classique.
    Ces modles de distribution click and mortar s'opposent des modles tout virtuel o seul le commerce en ligne est propos aux clients. Certains oprateurs tout virtuel semblent rorienter une partie de leur stratgie de distribution vers du click and mortar.


    Ventes multicanales


    Dvelopper une stratgie multicanal, permet d'associer Internet, la tlvision numrique, les services mobiles et les magasins physiques. L'intrt d'un tel dispositif est d'exploiter le nombre croissant de consommateurs qui utilisent pour leur achat, de multiples canaux de distribution intractifs.

    Commerce lectronique transfrontalier


    Lors de la mondialisation, l'internet est devenu un vecteur formidable du commerce lectronique. Pourtant, les questions relatives l'achat de produits l'tranger rvlent des difficults, notamment en cas de litige.
    Les pays europens doivent pour leur part transcrire dans leurs lgislations nationales les directives touchant ce domaine, ce qui rendra homogne les rgles applicables entre chaque pays de l'Union europenne.
    Dans le cadre du B2C et lorsqu'un achat a lieu en dehors de l'Union europenne, il convient d'tre prudent, de savoir avec qui l'on fait affaire, et de bien connatre les conditions de la vente. En cas de litige grave, le seul recours pourrait tre le dpt d'une plainte et dans le pays de l'acheteur, et dans le pays du vendeur. Le droit franais protge les consommateurs en indiquant qu'un acheteur ne saurait tre priv de son droit dposer plainte dans son pays de rsidence.
    Il semble qu'il vaille mieux aussi avoir des notions du droit du pays dans lequel se situe le vendeur.
    Lorsqu'il s'agit de B2B, le droit de la consommation laisse plutt la place au droit du commerce international.
    Quand un produit est achet l'tranger, les droits de douane et la TVA (ou son quivalent) sont acquitter, comme si le produit tait achet sur le sol national.
    En pratique :



    • pour tous les achats effectus l'intrieur de l'Union europenne, il n'y a pas de droits de douane et la TVA qui s'applique est celle du pays d'achat du produit. Il peut donc tre intressant d'acheter dans les pays europens dont la TVA est plus faible (par exemple, celle de l'Allemagne est de 15%).
    • pour tous les achats effectus en dehors de l'Union europenne, les droits de douane et la TVA sont acquitter l'entre sur le territoire. Comme l'acheteur n'est gnralement pas prsent au moment o la commande passe la frontire (le plus souvent il s'agit d'un aroport), les services postaux sont asserments pour encaisser ces taxes. En gnral ces taxes sont appliques sous la forme de forfait ou de manire globale (cot du produit + port par exemple) ce qui peut renchrir de beaucoup le cot final de l'achat. Les socits prives sont mieux organises pour ce travail que les services postaux traditionnels.

    Les produits lectroniques sont souvent stopps et taxs aux frontires. Seuls les livres, qui bnficient d'une TVA et de droits de douane trs faibles, ne sont jamais bloqus par les services postaux car le cot du recouvrement serait plus lev que les taxes elles-mmes.

    Mission commerce lectronique


    A partir d'octobre 1997, Francis Lorentz a effectu une mission sur le commerce lectronique pour le gouvernement franais.
    Les mesures pour le dveloppement du commerce lectronique ont t prsentes par Dominique Strauss-Kahn le 6 mai 1998.
    Voir : Mesures pour le dveloppement du commerce lectronique
    Le Parlement europen et le Conseil ont adopt le 8 juin 2000 une directive europenne sur le commerce lectronique (Directive 2000/31/CE du Parlement europen et du Conseil relative certains aspects juridiques des services de la socit de linformation, et notamment du commerce lectronique, dans le march intrieur).

    Spcifications techniques


    Des spcifications techniques ont t adoptes pour le commerce lectronique, avec ebXML, abrviation de l'anglais Electronic Business using eXtensible Markup Language. Ces spcifications s'appuient sur le langage de balisage XML. Ce standard est dit par l'OASIS.
    ebXML est devenu une spcification technique internationale (ISO/TS 15000) en 2004. L'ONU supporte ebXML avec l'organisme UN/CEFACT, qui a impos cette spcification l'Union europenne.

    Scurit et aspects ]juridiques


    Le commerce lectronique induit un ensemble de questions sur l'interoprabilit informatique, entre les systmes informatiques des clients et des fournisseurs, ainsi que des tablissements financiers qui interviennent dans les rglements.
    L'interoprabilit informatique repose de plus en plus sur l'emploi de mtadonnes dans la plupart des composants informatiques (langage XML, bases de donnes, progiciels de gestion intgrs, informatique dcisionnelle et hypercubes OLAP,...)




_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

: commerce electronique

   Mohamed 2007-12-06, 10:59

Le Commerce lectronique



par Michel Paschalids, DE - Systmes de Communication


Introduction


Internet inonde dj notre vie au quotidien. Les entreprises utilisent ce moyen de communication afin de se promouvoir. En ce qui concerne le commerce lectronique, si, il y a six mois, les entreprises posaient la question de leur prsence commerciale sur le Net, aujourd'hui, affirme Henry Oppenheim, consultant auprs de l'entreprise Coopers & Lybrand Consultants, les commerants se demandent ce qu'ils vont vendre, qui le proposer et comment procder ][6]. Internet devient de plus en plus l'espace de libre change pour les entreprises du monde entier et un vaste supermarch cyberntique destin aux particuliers ][5].
Analogie entre commerce lectronique et commerce traditionnel


Du point de vue commercial, Internet se prsente comme le successeur logique de l'volution du march. Le commerce n'a cess de s'tendre. De la socit de production locale ( exploitation directe) une socit de service; du petit march local, aux commerces du centre ville, puis aux grands magasins, puis la surface commerciale en dehors des zones habitables, et enfin l'achat par correspondance. Et quand la situation gopolitique l'a permis, la mondialisation et la globalisation du march ont confirm Internet comme le mode marchand de l'avenir. Du point de vue du consommateur, rien n'est plus simple qu'acheter depuis chez soi, n'importe quand et n'importe o dans le monde. Du point de vue du vendeur, les intrts sont multiples:

  • vaste clientle potentielle non limite gographiquement;
  • cot de diffusion des informations rduit;
  • frais d'exploitation rduits, concentration des lieux de stockage dans des zones dcentralises;
  • suppression ventuelle des intermdiaires entre producteur et consommateur.

Il existe deux stratgies de politique de marketing proposes sur le net. L'approche directe du consommateur via des catalogues lectroniques libre accs sur Internet, et celle d'entreprise entreprise via des catalogues lectroniques destins uniquement aux collaborateurs via un rseau Intranet. Une entreprise suisse de grand prestige a dmontr que la cible de vente directe au consommateur tait contraire l'image de marque et la politique de l'entreprise; nanmoins, une cible de vente d'entreprise entreprise lui convenait perfection. L'entreprise Boeing a opt pour ce mme principe business to business, et elle a choisi le logiciel iCat Electronic Suite (www.icat.com) pour crer des catalogues lectroniques destins ses collaborateurs via un rseau Intranet.
Un des meilleurs exemples de stratgie cyberntique est le site Amazon (www.amazon.com). Bien plus qu'une librairie, ce serveur permet de dialoguer avec les lecteurs et les auteurs de l'ouvrage et ceci avant que le consommateur fasse son choix.
Le Commerce Electronique: Principe de fonctionnement


Historiquement, le commerce lectronique a fait son apparition ds qu'Internet s'est ouvert aux entreprises. A cette poque, sa structure organisationnelle tait rudimentaire et n'avait pas les fonctionnalits d'aujourd'hui. Dans un site commercial, cohabitaient les pages html consacres la prsentation de l'entreprise et celles consacres la promotion et la vente des produits. Dans ces pages le navigateur cyberntique avait la possibilit de s'informer sur le produit et de le commander, l'aide d'un lien hypertexte email. Pour ajouter un nouveau produit, il suffisait d'ajouter une nouvelle page html. Pour en enlever un autre, il suffisait de dtruire la page et d'enlever tout lien avec cette dernire. Mais au fur et mesure que l'on ajoutait des pages, le systme devenait lourd, peu maniable et par consquent ingrable. En ce qui concerne la scurit de transmission des donnes sensibles, rien n'tait prvu.
Au cours du temps, deux nouveaux types de serveurs conus pour les commerces cyberntiques sont apparus sur le march des tlcommunications:

  • 1. des serveurs Web offrant en parallle des services de gestion de bases de donnes et
  • 2. des serveurs des bases de donnes offrant des interfaces avec des serveurs Web.

En parallle, on voit natre dans ce march des logiciels de publication lectronique (webpublishing).


]Image - 1 - Principe de fonctionnement des serveurs Web -bases des donnes [7]
Plusieurs produits se font remarquer par leur originalit. La solution ASP de Microsoft est le premier outil offrir des possibilits de requtes distance, interroger et mettre jour une base de donnes via Internet. Le serveur Carbo de iCat muni du logiciel iCat Publisher est le premier serveur Web qui offre une solution globale pour la gestion (en local ou distance) d'un catalogue lectronique. En effet, il propose les fonctionnalits d'un serveur Web et celles d'un serveur de bases de donnes. En plus, ce serveur a le mrite d'offrir des fonctionnalits d'interface, au cas o l'entreprise dcide d'utiliser un autre serveur Web; et enfin, il est l'unique tre totalement multi-plate-forme (UNIX - NT). Le serveur Dolphin de Southern Matrix muni du logiciel iNetstore (www.inetstore.com) est le premier pouvoir proposer une configuration multi-ports, capable de prdfinir un port scuris et un port non scuris. Pour faire la comparaison, notons que cette fonctionnalit dj existante dans ce produit depuis deux ans, sera offerte par Microsoft IIS sa prochaine version IIS4.0 partir de mars 98. Dans cette pluralit de produits, il est quand mme impensable de ne pas citer quelques autres serveurs de rfrence tels que: Merchant Server de Microsoft (www.microsoft.com ), Domino de Lotus-IBM (www.lotus.com ), le serveur d'Intershop-on-line (www.intershop.com ) et les serveurs commerciaux de Netscape et O'Reily.


]Image 2 - Principe de fonctionnement du Commerce Electronique [7]
Le Commerce Electronique: Scurit Transactionnelle


L'volution du commerce vers un commerce cyberntique d'une part et l'obligation de traiter les donnes prives et personnelles avec les plus grandes confidentialit et scurit d'autre part, ont fait natre une multitude de socits de services dans les domaines suivants: la transaction scurise, la garantie d'authentification...
Conu par Netscape en 1994, le protocole SSL (Secure Socket Layer) se base sur une procdure de cryptage des donnes via des clefs asymtriques. A partir d'une clef prive gnre par le serveur du commerant, un organisme d'authentification cre une clef publique. Au moment de la transaction, la clef publique du commerant est envoye au client. Cette clef encrypte les donnes sensibles du client qui sont retournes au commerant. A l'aide de la clef prive, le commerant dcrypte enfin ces donnes. La rglementation actuelle autorise un cryptage des donnes 40 bits.


Image - 3 - Principe de fonctionnement du Commerce Electronique scuris SSL

Ce procd n'offre aucune garantie quant l'arrive de ces donnes destination. Il est ncessaire qu'une autorit lgislative garantisse le bien fond de l'entreprise qui reoit ces donnes. Ainsi, des socits d'authentification comme Verisign (www.verisign.com ), Thawte (www.thawte.com ), ou RSA (www.rsa.com ) garantissent non seulement la confidentialit des ces donnes lors de leur transmission du client au commerant, mais aussi l'authenticit de la socit qui les reoit.
Plusieurs autres solutions ont t cres compltant le procd SSL. Parmi elles, la plus importante est celle de CyberCash (www.cybercash.com ). Elle se base sur ce mme procd d'encryptage SSL. La transmission, nanmoins, ne s'effectue pas entre le client et le commerant, mais entre le client et CyberCash. Une transmission scurise SSL non CyberCash permet uniquement une confidentialit des donnes prives. Mais, ds la rception du message, aucune garantie n'existe quant la validit de ces donnes. CyberCash offre cette possibilit de vrifier on line ces donnes et de se porter garant de la transaction.
Le protocole SET


La solution de scurit la plus volue, qui semble en plus devenir une norme mondiale, est la solution SET (Secure Electronic Transaction). Conue par le consortium bancaire (Mastercard et Visa) et les socits GlobeSET (www.globeset. com) et Tandem (www.tandem.com), le protocole SET est une solution gnrique se basant sur un systme ouvert et une architecture multi plate-forme. Elle permet de grer divers mcanismes de paiement, de la carte de crdit, au porte-monnaie lectronique ou au chque lectronique. SET est l'unique solution de transaction scurise qui garantit la confidentialit et la scurit de toutes les parties qui entrent dans la transaction. SET en Suisse est reprsente par les socits Telekurs (www.telekurs.com) et Europay (www.europay.com). Le protocole SET se prsentera en juillet 1998 comme suit: le client, aprs avoir choisi la marchandise acheter, envoie ses donnes confidentielles via cryptage asymtrique SSL 40 bits au commerant. Ces donnes sont directement envoyes de manire scurise (cryptage asymtrique SSL 128 bits) la banque du commerant qui en vrifie la validit et se porte garante de l'opration. Automatiquement, ces mmes donnes sont envoyes la banque du client pour confirmation (cryptage asymtrique ou travers un rseau Intranet). Et enfin, la banque du client, informe, par email, le client pour qu'il confirme son achat. Ces oprations sont effectues simultanment et elles peuvent tre arrtes tout moment par les quatre parties prenantes: le client, le commerant, la banque du client ou la banque du commerant.


Image - 4 - Principe de fonctionnement du Commerce Electronique scuris SET

Conclusion


Ainsi, si on compare le march virtuel au march conventionnel, on peut dire que l'unique diffrence entre ces deux modes de commerces, c'est la nouveaut. En effet, les tapes qu'un consommateur suit dans le net sont identiques celle qu'il suit dans la ralit. Il se renseigne chez qui aller (pages jaunes- moteurs de recherches); il visite divers commerces qui offrent les mmes prestations et il fait son choix. Bien que la dmarche soit la mme, il est vrai que le consommateur Internet ne connat ni le lieu o il achte, ni le commerant et qu'il n'a aucun contact physique avec le produit qu'il dsire acheter. Mais n'en est-il pas de mme dans la vente par correspondance ?
Quant la crainte de la transmission des donnes confidentielles, Internet offre des solutions de scurisation qui n'existent pas lorsqu'on achte des produits avec une carte de crdit et que l'on transmet ses donnes prives par le rseau tlphonique.
Et si l'on dsire faire un pronostic concernant l'avenir, on peut facilement supposer que les gens vont se balader dans le monde virtuel de la mme faon que dans le monde rel. Ainsi, pour effectuer leurs achats, ils ne vont pas consulter en premier lieu les moteurs de recherche d'analyse documentaire, mais ils vont visiter des grandes surfaces commerciales Internet proposes par des socits de services d'hbergement des sites. Le projet e-business de IBM (www.ibm. com/e-business ) comme le projet e-com de la socit Fastnet (www.fastnet.ch), projet de cration d'un cyberdistributeur haute scurit transactionnelle, sont reprsentatifs de cette tendance. Le projet e-com (www.e-com.ch) est encore plus ambitieux et propose un espace do it yourself cyberntique. Ainsi, un commerant accdant ce magasin virtuel pourra commander on-line un kiosque lectronique et assurer de faon quasi immdiate sa prsence sur Internet. Finalement, lorsque les projets d'intgration d'Internet au sein d'un mdia global seront appliqus (projets Internet-Minitel Surf TV, WebTV, NetBox ou Awax-Net), le commerce lectronique fera partie des habitudes du consommateur.
Dans les annes venir le procd SET sera enrichi par du matriel spcifique comme des lecteurs de cartes de crdits sur ordinateur et des porte-monnaie lectroniques qui simplifieront de plus en plus les procdures transactionnelles et offriront une garantie optimale.

_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

: commerce electronique

   charfaoui 2007-12-09, 11:25

bravo wldi bravo...

charfaoui
*** ***

: 26
Localisation : tinghir
Emploi : etudiant
: 24/07/2007

    

: commerce electronique

   Mohamed 2007-12-09, 11:57

charfaoui :bravo wldi bravo...
attention
mais
khalik m3aya
!

_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

: commerce electronique

   Mohamed 2007-12-10, 13:36

**********
Definition SSL
***********
SSL : Secure Socket Layer. Protocole qui permet de chiffrer les donnes envoyes par un navigateur, dvelopp par Netscape

_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

: commerce electronique

   Mohamed 2007-12-10, 13:58

********
Chiffrement
*****

Le terme cryptage serait un anglicisme, tir de l'anglais encryption. En franais, on doit employer le mot chiffrement.
L'
Acadmie franaise prcise que le mot cryptage est bannir et il ne figure pas dans son dictionnaire mme si on peut le trouver dans des usuels. Toutefois, crypter est souvent employ, surtout au passif, dans le cadre de la tlvision payante (on crypte des chanes). D'ailleurs la racine grecque krypt (cach) justifie pleinement son utilisation chaque fois que le chiffrement, cest--dire la conversion en chiffres, est utilis pour cacher le message, le dchiffrement constitue la conversion des chiffres en lettres pour retrouver le message, alors que le dcryptage consiste le dcouvrir.
Afin de rpondre l'interrogation mais pour quelle raison ne pas employer ce mot ? , le premier argument consiste reprendre les diffrentes dfinitions des mots chiffrer/dchiffrer et de dcrypter (voir l'article cryptographie). Dcrypter dsignant le fait de retrouver le message clair correspondant un message chiffr sans possder la cl de dchiffrement , l'usage tel qu'il tend se dvelopper du pseudo-couple crypter/dcrypter va simplement les faire tendre l'tat de synonyme de chiffrer/dchiffrer (tout comme les anglophones avec encipher/decipher et encrypt/decrypt). Ainsi plutt que de gagner un nouveau mot (en l'occurrence crypter) sans nouveau sens, nous perdrons un ancien sens, le sens actuel de dcrypter. Ou comment perdre en croyant gagner...*******

_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

: commerce electronique

   Mohamed 2007-12-10, 14:08

********
carte de paiement
******************
Une carte de paiement est un type de moyen de paiement sous forme de carte plastique, quipe d'une bande magntique et/ou puce lectronique (voir carte puce), qui permet :


  • le paiement d'achats et prestations de services, auprs de fournisseurs possdant un terminal de paiement (remplaant l'ancien fer repasser ) pouvant lire la carte et connect ou non sa banque ou dans un appareil de distribution automatique ;
  • les retraits d'espces aux distributeurs de billets ;
  • le tlpaiement internet, etc.
Son acceptation implique que le rseau international auquel la carte est associe est accept par le terminal de paiement lectronique (TPE) du commerant. Les deux rseaux les plus connus sont VISA et Mastercard.
Le rseau interbancaire franais est une particularit ; toute carte disposant de la marque CB - Carte bancaire permet de payer par le biais du rseau interbancaire franais (couramment appele Carte bleue , alors qu'il ne s'agit que d'une marque particulire).

_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

: commerce electronique

   Mohamed 2007-12-11, 10:43

j'ai fait aujoud'hui avec mon ami charfaoui l'expos de commerce electroniquec'est bien passles eleves ont pos des quetions importanteset nous avons repondu tous

_________________
pour toutes les questions ladministration du site est ouvert tous
vous pouvez nous contactez par un message priv
tous ensemble pour un forum tres actif
Pour me contacter
Tlphone N 0033613995386
Merci de nous signaler chauque lien qui ne mache pas
..
mohamed

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

      

- 

-  ::   ::  exposs

 
: