-
Annonces google
» coniques
 ahmed_20 2012-12-26, 05:38

»
 ahmad ahmadi 2012-09-14, 16:04

»
 karizma133 2012-08-31, 09:16

»
 aziza alaoui 2012-03-10, 13:38

» des expressions crits
 aziza alaoui 2012-03-10, 13:14

»
  2012-02-20, 10:25

» les etablissement avec une bacalaureat science maths
 melle nadia 2012-01-01, 05:39

»
  2011-12-27, 07:39

» ::
  2011-12-27, 07:35

» - - Lois de C.I -structures
 KARIMKHAN 2011-12-14, 06:49

»
  2011-11-19, 09:40

» les leons de maths
 mery sanida 2011-11-12, 10:22

» traduction en arabe de la plante des singes
  2011-08-07, 07:29

» Antigone - questions et reponses
  2011-08-07, 07:21

» les figures de style
  2011-08-07, 07:03

» les figures de style
  2011-08-07, 07:01

» les personnages principaux de la boite a merveilles
  2011-08-03, 16:26

» la boite a merveilles en arabe
  2011-08-03, 16:22

»
  2011-08-02, 06:52

» scma narratif de la boite a merveilles
  2011-08-02, 06:33

» names of vegetables
  2011-08-02, 06:17

»
  2011-08-02, 05:57

»
  2011-08-02, 05:41

» 1 2006
  2011-07-22, 09:38

»
  2011-06-27, 06:32

»
  2011-06-27, 06:18

»
  2011-06-27, 06:12

»
  2011-06-27, 05:32

»
 amira 2011-05-03, 04:02

»
 amira 2011-05-03, 04:00

Navigation
Lycee
Fac
Prepas
Ecole
Dcouvrire Le Maroc

tinghir

-  ::   :: 

      

tinghir

   Mohamed 2007-04-27, 14:14

TINGHIR' est une ville du sud-est du Maroc, situe tout au long de la valle de Todra 1 300 mtres d'altitude.A noter que la ville de Tinghir est compose d'un ensemble de villages lis administrativement celle ci.

Sa dmographie a augment d'une manire exponentielle depuis l'indpendance pour atteindre en 2005 environ 100 000 habitants. Cependant, cette population est mobile, un nombre important d'habitants tant expatris l'tranger et plus prcisment dans le dpartement de l'hraut au sud de la France, et galement en le de France, ils y reviennent souvent chaque priode de vacances pour la grande majorit d'entre eux. La ville de Tinghir est galement connue grce la proximit des Gorges de Todra, lieu trs touristique qui offre un paysage des plus merveilleux. La totalit des habitants de la ville parle un berbre qui est commun tous les habitants de la valle de Todra. Sur le plan conomique la ville de Tinghir dtient l'une des plus grande Banque populaire du Maroc. Le touriseme n'est pas tranger cette russite; mais c'est surtout les expatris l'tranger qui pargnent beaucoup dans les banques de la ville pour des projets immobiliers et trs grande ampleur pour les dpenses en priodes de vacances. Des activits socio-cultuelles connaissent une forte croissance depuis ces cinq dernires annes, des projets visant l'ducation des jeunes enfants se multiplient dans un grand nombre de villages de la ville, et galement des projets d'alphabtisation visant les personnes adultes et notamment les femmes, se mettent en place. Ces projets sont appuys par un grand nombre d'associations sur place et l'tranger (ASEKTER,GTF, APS, Atlassolidarit et beaucoup d'autres). Le mariage au Todra Voici comment se dcompose un mariage dans la culture berbere du Todra : a) Ass nou asshmy: "Le jour du chauffement du four" Avant d'aborder cette phase, il convient de signaler que le jour J, pour le commencement des festivits, est fix de longue date pour permettre aux deux familles (a savoir celle d'issly,le mari et tisslit, la marie) d'avoir le temps necessaire pour les preparatifs. Par exemple, construire dans un coin de la maison le four pour un pain special qui n'existe qu'au todra et qui s'appelle "Aghrom n'oukhabbaz". Ce sont des petit pains cuit sur des pierettes "ourffan". Parmi les preparatifs aussi, nous trouvons la preparation du combustible pour le dit four et qui est constitu des touffes d'herbe asseches qui poussent en tat tres gras au ras de la surface et qui s'appellent "iggoudy". On les trouvent loin des douars. Par exemple, TALAZZIT 20 kilomtres des Ait Oujana ou TIMMZZRAY et TOURTITE 20 kilomtres de Tiyddrine... Le voyage pour aller chercher cette herbe combustible constitue une des manifestations de la solidarit de la part des gens du ksar qui pretent main forte a la famille qui celebre le mariage. Les enfants se chargent a coeur joie de cette tache. Ils partent avec quelques ains pour charger les betes de somme avec "iggoudy". On note galement le rassemblement des ustenciles de cuisine et des tapis chez les voisins.... Il faut noter que les phases des rites et fetes sont fixes a 4 comme nous allons le voir. Cependant, certaines familles aises et qui veulent par l'occasion soigner leur image de marque et augmenter leur prestige aupres des ahl todra debutent les festivits bien avant le jour officiel et invitent chaque jour un douar pour venir manger. Et chaque douar invit arrive en general avec un cadeau et en fanfare, c'est a dire LAAMT; qui veut dire l'equipe qui chante ahidouss guide par un chef appel "amghar n"laamt. Cela fait la joie des enfants et des plus grands, surtout si un douar invit est connu par son equipe de chants tres exprimente et ses artistes qui connaissent beaucoup de lafwal (poemes musicaux) Revenons au jour d'asshmy... Ce jour la on egorge les moutons ou le veau, on invite tous les gens du ksar pour le diner et on inaugure les festivits par "la salka": les fkihs sont les premiers et les bienvenus pour lire le livre saint, le Coran, afin que dieu bnisse le mariage. Apres le diner, on fait la fatiha et les jeunes du douar qu'on appelle "INBDADEN" avec leur tete un chef qu'ils designent divisent le travail entre eux. Solidarit oblige, on trouve des personnes charges de la prparation des tajjines (les femmes s'occupent du couscous), d'autres s'occuppent des relations externes pour aller inviter tel ou tel douar ou telle ou telle personne, ou encore de la prparation du th, etc.... Mais cette nuit d'asshmy est inaugure avec des "fanfares" puisque les jeunes forment dans la cour un cerle et s'adonnent a coeur joie a un ahidouss coup par des "you you" stridents : c'est l'occasion pour ces jeunes de montrer leur capacit et leurs dons dans le domaine d'ahidouss et de seduire en quelque sorte les filles.... Signalons, en passant, que le jour d'asshmy est une fete interne pour les gens du douar... b) Ass ntouti n'takhssayt : "le jour de la frappe de la citrouille" C'est le jour o commencent les rites "laawayd" de part et d'autre. D'abord chez la marie, les filles du douar se reveillent de bonheur et partent la riviere avec une citrouille bien choisie et asseche (notons que ces citrouilles asseches existaient dans tous les foyers au todra, on la vidait de l'interieur et elle etait utilise comme une boite ou l'on cache des choses precieuses et des documents car elle est efficace contre l'humidit et les parasites qui detruisent les documents). Les filles remplissent alors la citrouille d'eau, de roses asseches et de henn, et on chante les fwal... Comme prcis plus haut, la citrouille conserve les choses precieuses, elle ne s'use pas et son interieur est plein de pepins. Ainsi, c'est le symbole de la fertilit et le souhait pour tisslit d'avoir un foyer russi avec des enfants, en d'autres termes : un mariage fructueux. On conserve cette citrouille dans un coin et la mari la ramene avec elle le jour du depart. Ce jour l, on chante de part et d'autre, chez le mari et la marie, beaucoup d'ahidouss qui est une cascade de lafwal pour implorer DIEU de bnir cette union. On chante les mrites du mari comme des poemes du genre : "zigh moulay X (le nom d issly) imi t'ttaa dounit" ( = il se trouve que l'univers en entier est souriant pour X). L'ahidouss dure toute la nuit et les jeunes des douars avoisinants, femmes et hommes, viennent pour assister ou participer a cette fte saine, pure et pleine de respect mutuel. Il n'y avait, au todra, aucun homme qui connaissait l'alcool ou la debauche. Il n'y avait ni radio, ni telephone, ni routes, ni aucune infrastructure (je parle des annes 50 et avant). On allumait du feu pour chauffer l'endroit et y apporter de la lumiere. Il y avait la lumiere de "el kandil n'lkarboune", un truc en acier qui marchait avec des mineraux, "al karbon" ou encore de "el kandil n'zeit", un truc qui ressemblait a une assiette et qui se terminait par un etui ou l'on faisait sortir une ceinture d'ettoffe souille dans l'huile. Cette ceinture s'appellait "taftilt", les potiers d' EL HART fabriquaient ces kandil. Plus tard on a introduit la lampe a petrole etc... Donc, malgr les moyens tres elementaires la fete etait authentique. Ce jour de la citrouille, les invits viennent en fanfare avec "laamt" pour pimenter l'ambiance et on prepare munitieusement l'ambiance pour le lendemain le jour le plus long et le plus important : c'est le jour "nou oughmi", c'est a dire le jour d'embellisement de la marie, le jour de tikffiffin, le jour ou issly moule le grain "izdy issly" avant d'envoyer Issnayen chercher la marie. C'est le jour ou la marie rentre en "splendide isolement", le jour ou l'on reoit en pleine journe le trousseau ("ibchcan") envoy par le mari accompagn d'une brebie comme cadeau... Nous verrons tout cela en details dans la suite. c)Ass nou ighmi : le jour de l'embellissement avec le henn Ce jour l est le plus important par les rites excercs et par son importance car c'est le jour ou le mariage bat son plein et les retardataires des membres de la famille arrivent. Ils etaient retenus jusqu'a ce jour pour arriver avec des cadeaux appels "takfift" son pluriel :"tikffifine"... Ce jour l, la marie ("tisslit") est sagement entoure par ses camarades et par des femmes competentes dans le domaine de l'embellissement (maquillage) ighoumi. On prend soin de la marie tout en chantant des "fwals" qui font pleurer car ils sont pleins de nostalgie et evoquent des souvenirs... Apres cette operation, la marie est bien embellie et porte un voile sur son visage, "TOUKAYT", et on l'isole dans une chambre : c'est le splendide isolement, elle est benie et ses proches rentrent chez elle pour lui souhaiter une russite et le bonheur et on lui offre de l'argent... Le meme jour, la famille du mari charge une bete de somme (souvent un mulet) avec le trousseau (il y a des details a evoquer sur la nature et le cot symbolique de ce trousseau...) Qui se charge d'acheminer ce trousseau avec une brebie comme cadeau? On fait appel a une femme noire et son mari egalement : noire pourquoi? ce n'est pas du racisme ou la servitude, au contraire ceux qui ont la peau noire ou basane sont veners car on dit qu'ils chassent le mauvais oeil et les diables (remarquez si vous visitez todra : sur les toits des maisons en pis il y a toujours une jarre noire pour faire echouer le mauvais oeil). Donc la femme noire et son mari arrivent en plein jour chez la marie; ils sont accueillis avec des youyous et des fwals, on leur sert un repas copieux avec le miel pur en preambule... Et avant son depart, on lui offre un cadeau et a son mari des vetements dans la plupart des cas. Quand ils rebroussent chemin ils font un rapport oral a la famille du mari sur l'accueil et l'ambiance... Ce jour l, les deux familles (du mari et de la marie) reoivent des cadeaux ("tikfifine"). Ce sont des couffins de bl avec du sucre et des foulards en soie, "tissbniyen n'lahrir". Parfois on offre ces foulards en soie precieuse la marie lors d'ighoumi ("l'embellissement"). Bref, ces tikfifines sont comme un pret. Viendra le jour o une famille qui a offert ce cadeau celebre son tour un mariage et o on lui rends son cadeau.... Chez le mari, ce jour l on envoie issnayen : le mot veut dire "ceux qui font monter la marie sur une mule ou un cheval". On choisit un nombre pair allant de 8 12 et si on envoie le maximum d'issnayen il faut s'attendre a une rue. En effet, ceux qui vont accompagner la marie chez son mari seront nombreux malgr le role que devraient jouer issnayen pour limiter le nombre. Ces issnayen sont choisis parmi les jeunes qui connaissent les fwal et ahidouss, parfois accompagns d'un cadet ou amghar n'laamt pour donner une bonne image de marque de leur douar et de la famille du mari. Avant le depart "d'issnayen", le mari doit moudre le grain. Il est coiff d'un burnouss noir ("tarrassat") et accompagn des jeunes de son age pour le defendre contre les femmes; car il doit moudre avec une femme de sa famille et sa main devrait etre au dessus de la main de cette femme. Les femmes l'empechent (en le griffant) de mettre sa main en haut et les hommes empechent ces femmes car c'est symbolique, c'est son autorit qui est mise en jeu si la femme est au dessus. En meme temps, sa mere lance des amandes sur la foule pour distraire les femmes et aider son fils a passer cet examen. Avant le depart d'issnayen on organise un grand ahidouss et on accompagne issnayen une bonne partie du chemin. Ils amenent avec eux une mule ou un cheval bien scell rserv a la marie.
extrait du wikipedia

Mohamed



: 1266
: 27
Localisation : Paris
Emploi : etudiant en Classes Preparatoires aux Grandes Ecoles PCSI Lycee technique Raspail Paris
Loisirs : Internet Programmation Electronique
: 04/04/2007


:

    http://sciencemaths.c.la

    

      


-  ::   :: 

 
: